Statement by NATO Foreign Ministers on Open Door Policy

Read Time13 Minute, 59 Second
  1. Today we reaffirm our commitment to the Open Door Policy under Article 10 of the Washington Treaty, as most recently set out by our Heads of State and Government in Wales.
  2. Successive rounds of enlargement have enhanced our security. Euro-Atlantic integration itself also fosters reform and ensures the stability necessary for prosperity.  NATO’s door is open to all European democracies which share the values of our Alliance, which are willing and able to assume the responsibilities and obligations of membership, which are in a position to further the principles of the Treaty, and whose inclusion can contribute to the security of the North Atlantic area. Decisions on enlargement are for NATO itself.
  3. Today, fulfilling the tasking given to us by our Heads of State and Government at the Wales Summit, we have decided to invite Montenegro to begin accession talks to join our Alliance.
  4. We congratulate Montenegro on this historic achievement. Our decision reflects the reforms implemented by Montenegro, and the commitment it has shown to our common values and to international security. NATO membership for Montenegro will strengthen security in the region and for the Alliance as a whole. We look forward to taking forward the accession talks, signing the Accession Protocols, and then concluding the ratification process without delay. During the period leading up to accession, NATO will involve Montenegro in Alliance activities, including the Warsaw Summit, to the greatest extent possible. We expect further progress on reform to be pursued, especially in the area of the rule of law, before and after accession, in order to enhance Montenegro’s contribution to the Alliance. NATO will continue to provide support and assistance, including through the Membership Action Plan (MAP).
  5. We reiterate NATO’s firm commitment to the Euro-Atlantic integration of the former Yugoslav Republic of Macedonia1. We appreciate its steadfast contribution to our operations and its long-standing commitment to the NATO accession process.
  6. We reaffirm our decision made at the 2008 Bucharest Summit and reiterated at subsequent Summits that NATO will extend an invitation to the former Yugoslav Republic of Macedonia¹ as soon as a mutually acceptable solution to the name issue has been reached within the framework of the UN, and we continue to urge intensified efforts towards that end.
  7. Given concerns over recent political developments in the country, we call upon all parties to honour and to continue to implement the June-July agreement facilitated by the EU; holding free and fair elections next year will be an important benchmark for this process, which we will continue to follow closely. We encourage intensified efforts at political compromise and reform, in particular ensuring effective democratic dialogue, the rule of law, media freedom, and judicial independence. We also continue to encourage further efforts to build a fully-functioning multi-ethnic society based on full implementation of the Ohrid Framework Agreement. We encourage further efforts to develop good neighbourly relations.
  8. NATO’s commitment to a stable and secure Bosnia and Herzegovina was enshrined in the Dayton/Paris Accords 20 years ago and remains intact today, as does our full support for its membership aspirations. We commend Bosnia and Herzegovina for its contributions to NATO operations and for its commitment to regional dialogue, cooperation, and security. We call upon all of the country’s leaders to work constructively and for the benefit of all citizens of Bosnia and Herzegovina, to undertake the political, economic, and defence reforms necessary for the country to realise its Euro-Atlantic aspirations.
  9. In this context, we encourage the leadership of Bosnia and Herzegovina to continue demonstrating political will, particularly in pursuing reforms related to those aspirations and we welcome the progress made, including on registration of immovable defence property to the state. As agreed in Wales, we will keep these developments under active review. We look to the leadership of Bosnia and Herzegovina to use the period ahead to accelerate efforts towards meeting the requirements set by NATO Foreign Ministers in Tallinn in April 2010 so that its first Membership Action Plan cycle can be activated as soon as possible, which remains our goal.
  10. At the 2008 Bucharest Summit we agreed that Georgia will become a member of NATO with MAP as an integral part of the process; today we reaffirm all elements of that decision, as well as subsequent decisions. We welcome the significant progress realised since 2008. Georgia’s relationship with the Alliance contains all the practical tools to prepare for eventual membership. We encourage Georgia to continue making full use of all the opportunities for coming closer to the Alliance offered by the NATOGeorgia Commission, the Annual National Programme, its role as an Enhanced Opportunities Partner, its participation in our Defence Capacity Building Initiative and the Substantial NATO-Georgia Package.
  11. We welcome the important progress made in implementing the Substantial NATO-Georgia Package, including the start of joint exercises, the inauguration of the Joint Training and Evaluation Centre, which helps strengthen Georgia’s self-defence and resilience capabilities. We underline the importance of Georgian ownership of this process for a sustained and comprehensive approach to implementation, together with the Alliance. We will continue to provide the resources needed to implement the Substantial Package, which aims to strengthen Georgia’s capabilities and, thereby, helps Georgia advance in its preparations for membership in the Alliance. As we prepare for the Warsaw summit, we will explore new, practical ways to intensify efforts including through high-level political dialogue and increased co-operation, including in defence and strategic communications.
  12. NATO recognizes Georgia’s efforts to strengthen its democracy, including to reform the judiciary and security services, and to modernise its military forces and defence institutions. Bearing in mind recent developments on media freedom and rule of law, we encourage Georgia to sustain momentum in its overall reform efforts, which we will continue to support. NATO highly appreciates Georgia’s contributions to the NATO Response Force and our operations in Afghanistan and recognizes the sacrifices and contributions the Georgian people have made to our shared security.
  13. We reiterate our support to the territorial integrity and sovereignty of Georgia within its internationally recognized borders. We welcome Georgia’s commitment not to use force and call on Russia to reciprocate. We call on Russia to reverse its recognition of the South Ossetia and Abkhazia regions of Georgia as independent states and to withdraw its forces from Georgia. NATO does not recognize the so-called treaties signed between the Georgian region of Abkhazia and Russia in November 2014, and the South Ossetia region of Georgia and Russia in March 2015. These violate Georgia’s sovereignty and territorial integrity and blatantly contradict the principles of international law, OSCE principles and Russia’s international commitments. We encourage all participants in the Geneva talks to play a constructive role, as well as to continue working closely with the OSCE, the UN, and the EU to pursue peaceful conflict resolution in the internationally recognized territory of Georgia.
  14. As we have made clear again with our decision today, we remain committed to the Open Door policy, a founding principle of the Washington Treaty. We encourage partners to continue to implement the necessary reforms and decisions to prepare for membership, and we will continue to offer political and practical support to their efforts. The orientations we have given today fulfil the Wales summit tasking on Montenegro and provide guidance for other aspirants, with a view to the Warsaw summit. We look to them to take the steps necessary to advance their aspirations. Our decisions will remain based on these considerations.

 

  1. Turkey recognises the Republic of Macedonia with its constitutional name.

 

For more information:

 

 

Déclaration des Ministres des Affaires étrangères des pays de l’OTAN sur la politique de la porte ouverte

  1. Aujourd’hui, nous réaffirmons notre attachement à la politique de la porte ouverte, fondée sur l’article 10 du traité de Washington, telle qu’énoncée récemment par nos chefs d’État et de gouvernement au pays de Galles.
  2. Les vagues successives d’élargissement ont permis d’accroître notre sécurité. Le processus même d’intégration euro-atlantique favorise la réforme et garantit la stabilité nécessaire à la prospérité. La porte de l’OTAN est ouverte à toutes les démocraties européennes qui partagent les valeurs de notre Alliance, qui sont désireuses et capables d’assumer les responsabilités et les obligations liées au statut de membre, qui sont susceptibles de favoriser le développement des principes du Traité, et dont l’admission peut contribuer à la sécurité de la région de l’Atlantique Nord. Les décisions concernant l’élargissement sont du seul ressort de l’OTAN.
  3. Aujourd’hui, en réponse au mandat donné par nos chefs d’État et de gouvernement au sommet du pays de Galles, nous avons décidé d’inviter le Monténégro à entamer des pourparlers en vue de son adhésion à l’Alliance.
  4. Nous félicitons le Monténégro pour cette avancée historique. Notre décision s’explique par les réformes mises en œuvre par ce pays et par son attachement manifeste à l’égard de nos valeurs communes et de la sécurité internationale. L’adhésion du Monténégro à l’OTAN renforcera la sécurité de la région et celle de l’Alliance dans son ensemble. Nous nous réjouissons à la perspective de faire avancer les pourparlers d’adhésion, de signer les protocoles d’accession, puis de finaliser sans délai le processus de ratification. Au cours de la période précédant l’adhésion, l’Alliance associera dans toute la mesure du possible le Monténégro à ses activités, y compris le sommet de Varsovie. Nous comptons sur de nouvelles avancées en matière de réforme – en particulier dans le domaine de l’état de droit – avant comme après l’adhésion, afin que la contribution du Monténégro à l’Alliance soit renforcée. L’OTAN continuera d’offrir soutien et assistance, notamment au travers du plan d’action pour l’adhésion (MAP).
  5. Nous réaffirmons le ferme attachement de l’OTAN à l’intégration euro-atlantique de l’ex-République yougoslave de Macédoine¹. Nous apprécions la contribution sans faille de ce pays à nos opérations, et son engagement de longue date à l’égard du processus d’adhésion à l’OTAN.
  6. Nous réaffirmons la décision prise au sommet de Bucarest en 2008 et rappelée aux sommets suivants, à savoir que l’OTAN adressera une invitation à l’ex-République yougoslave de Macédoine¹ dès qu’une solution mutuellement acceptable aura été trouvée, dans le cadre de l’ONU, à la question du nom, et nous continuons d’appeler instamment à un redoublement des efforts en ce sens.
  7. Compte tenu de nos préoccupations face aux récents développements politiques dans ce pays, nous appelons toutes les parties à honorer et à continuer de mettre en application l’accord de juin-juillet facilité par l’UE ; la tenue d’élections libres et régulières l’an prochain sera une étape importante de ce processus, que nous continuerons de suivre de près. Nous encourageons une intensification des efforts en termes de compromis politique et de réforme, en particulier pour ce qui est de garantir un véritable dialogue démocratique, l’état de droit, la liberté des médias et l’indépendance de l’appareil judiciaire. Nous continuons également d’encourager la poursuite des efforts visant à instaurer une société multiethnique qui fonctionne pleinement, sur la base de la mise en œuvre intégrale de l’accord-cadre d’Ohrid. Nous encourageons aussi la poursuite des efforts visant à développer les relations de bon voisinage.
  8. L’engagement de l’OTAN en faveur d’une Bosnie-Herzégovine stable et sûre a été inscrit dans les accords de Dayton/Paris il y a vingt ans, et il reste intact aujourd’hui, tout comme notre plein soutien aux aspirations à l’adhésion de ce pays. Nous félicitons la Bosnie-Herzégovine pour ses contributions aux opérations de l’OTAN et pour son engagement en faveur du dialogue, de la coopération et de la sécurité dans la région. Nous appelons tous les dirigeants du pays à travailler de manière constructive dans l’intérêt de tous les citoyens de Bosnie-Herzégovine, et à entreprendre les réformes politiques, économiques et militaires dont le pays a besoin pour concrétiser ses aspirations euro‑atlantiques.
  9. À cet égard, nous encourageons les dirigeants de Bosnie-Herzégovine à continuer de montrer leur volonté politique, plus particulièrement en poursuivant les réformes liées à ces aspirations, et nous saluons les progrès accomplis, y compris dans l’enregistrement des biens militaires immeubles comme biens de l’État. Comme convenu au pays de Galles, nous suivrons activement les développements en la matière. Nous attendons des dirigeants de Bosnie-Herzégovine qu’ils mettent à profit la période à venir pour redoubler d’efforts sur la voie du respect des conditions fixées par les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Tallinn en avril 2010, de sorte que le premier cycle du plan d’action pour l’adhésion puisse être activé dans les meilleurs délais, ce qui reste notre objectif.
  10. Au sommet de Bucarest, en 2008, nous avons décidé que la Géorgie deviendrait membre de l’OTAN, le MAP faisant partie intégrante du processus ; aujourd’hui, nous réaffirmons tous les éléments de cette décision, ainsi que les décisions prises par la suite. Nous saluons les progrès significatifs accomplis depuis 2008. La relation que la Géorgie entretient avec l’Alliance renferme tous les outils pratiques pour la préparation d’une adhésion à terme. Nous encourageons la Géorgie à continuer de tirer pleinement parti de toutes les opportunités de se rapprocher de l’Alliance offertes par la Commission OTAN‑Géorgie, le Programme national annuel, son rôle de partenaire « nouvelles opportunités », sa participation à notre initiative de renforcement des capacités de défense, et le paquet substantiel OTAN-Géorgie.
  11. Nous saluons les progrès importants accomplis dans la mise en œuvre du paquet substantiel OTAN-Géorgie, y compris le démarrage d’exercices conjoints et l’inauguration du Centre conjoint de formation et d’évaluation, qui contribuent à renforcer les capacités d’autodéfense et de résilience de la Géorgie. Nous soulignons l’importance de l’appropriation de ce processus par la Géorgie pour une approche durable et globale de la mise en œuvre, de concert avec l’Alliance. Nous continuerons de fournir les ressources nécessaires à la mise en œuvre du paquet substantiel, qui vise à renforcer les capacités de la Géorgie, ce qui l’aidera à avancer dans sa préparation en vue de l’adhésion à l’Alliance. Dans la perspective du sommet de Varsovie, nous réfléchirons à de nouvelles manières, pratiques, d’intensifier les efforts, y compris par un dialogue politique de haut niveau et par une coopération accrue, notamment en matière de défense et de communication stratégique.
  12. L’OTAN reconnaît les efforts déployés par la Géorgie pour renforcer sa démocratie, y compris pour réformer l’appareil judiciaire et les services de sécurité, et pour moderniser ses forces militaires et ses institutions de défense. Compte tenu des récents développements en matière de liberté des médias et d’état de droit, nous encourageons la Géorgie à maintenir la dynamique de l’ensemble de ses initiatives de réforme, que nous continuerons de soutenir. L’OTAN apprécie vivement la contribution de la Géorgie à sa Force de réaction et à ses opérations en Afghanistan, et elle est consciente des sacrifices et des contributions du peuple géorgien en faveur de notre sécurité commune.
  13. Nous réitérons notre soutien à l’intégrité territoriale et à la souveraineté de la Géorgie à l’intérieur de ses frontières internationalement reconnues. Nous nous félicitons de l’engagement de la Géorgie à ne pas recourir à la force, et nous incitons la Russie à faire de même. Nous appelons la Russie à revenir sur sa décision de reconnaître les régions géorgiennes d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie en tant qu’États indépendants, et à retirer ses forces de Géorgie. L’OTAN ne reconnaît pas les soi-disant traités signés entre la région géorgienne d’Abkhazie et la Russie en novembre 2014, et entre la région géorgienne d’Ossétie du Sud et la Russie en mars 2015. Ces traités violent la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Géorgie, et ils sont en contradiction flagrante avec les principes du droit international, les principes de l’OSCE et les engagements internationaux de la Russie. Nous encourageons tous les participants aux pourparlers de Genève à jouer un rôle constructif et à poursuivre leur étroite collaboration avec l’OSCE, l’ONU et l’UE, à la recherche d’un règlement pacifique du conflit sur le territoire internationalement reconnu de la Géorgie.
  14. Comme le montre clairement notre décision d’aujourd’hui, nous restons attachés à la politique de la porte ouverte, un principe fondateur du traité de Washington. Nous encourageons les partenaires à continuer de mettre en œuvre les réformes et les décisions nécessaires pour préparer leur adhésion, et nous continuerons d’apporter un soutien politique et pratique à leurs efforts. Les orientations données aujourd’hui répondent au mandat du sommet du pays de Galles concernant le Monténégro, et fournissent des lignes directrices aux autres candidats, dans la perspective du sommet de Varsovie. Nous attendons de ceux-ci qu’ils prennent les mesures nécessaires pour concrétiser leurs aspirations. Nos décisions resteront basées sur ces considérations.

 

  1. La Turquie reconnaît la République de Macédoine sous son nom constitutionnel.

 

Source: NATO

By

L. J. De Rothschild

Senior Editor

NATO Section

About Post Author

Robert Williams

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: